Assistance de Développement Officiel

L’aide publique au développement ( APD ) est un terme inventé par le Comité d’aide au développement (CAD) de l’ Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pour mesurer l’ aide . Le CAD a d’abord utilisé le terme en 1969. Il est largement utilisé comme indicateur du flux de l’aide internationale. Cela comprend certains prêts.

La majeure partie de l’APD provient des 28 membres du CAD, soit environ 135 milliards de dollars en 2013. Un montant supplémentaire de 15,9 milliards de dollars a été dégagé par la Commission européenne et 9,4 milliards de dollars par les pays non membres du CAD. Bien que l’ aide au développement ait progressé en 2013 au niveau le plus élevé jamais enregistré, la tendance à la baisse de l’aide destinée aux pays d’Afrique subsaharienne les plus démunis s’est poursuivie. [1]

Définition

La définition complète de l’APD est la suivante:

Les flux de financement officiels administrés avec pour objectif principal la promotion du développement économique et du bien-être des pays en développement, et qui ont un caractère concessionnel avec un élément de libéralité d’au moins 25% (avec un taux d’actualisation fixe de 10%). Par convention, les flux d’APD comprennent les contributions des organismes gouvernementaux donateurs, à tous les niveaux, aux pays en développement («APD bilatérale») et aux institutions multilatérales. Les recettes de l’APD comprennent les décaissements effectués par des donateurs bilatéraux et des institutions multilatérales.

-  OCDE, Glossaire des termes statistiques [2]

En d’autres termes, l’APD doit contenir les trois éléments suivants:
(a) entrepris par le secteur officiel (agences officielles, y compris les gouvernements étatiques et locaux, ou leurs agences exécutives) [1]
(b) avec la promotion du développement économique et du bien-être objectif principal; et
c) à des conditions financières concessionnelles (si un prêt comporte un élément de libéralité d’au moins 25%).

Cette définition est utilisée pour exclure l’aide au développement des deux autres catégories d’aide des membres du CAD:

  • Aide publique (OA): Flux remplissant les conditions d’éligibilité à l’aide publique au développement (APD), autres que le fait que les bénéficiaires figurent dans la partie II de la liste des bénéficiaires de l’aide du Comité d’aide au développement (CAD).
  • Autres flux officiels (OOF): Transactions effectuées par le secteur officiel avec les pays figurant sur la liste des bénéficiaires de l’aide qui ne remplissent pas les conditions d’éligibilité à l’aide publique au développement ou à l’aide officielle, soit parce qu’ils ne visent pas un élément de subvention inférieur à 25%.

Exemples:
Si un pays donateur accorde une subvention ou un prêt concessionnel à l’ Afghanistan, il est classé comme APD , car il figure sur la liste de la partie I.
Si un pays donateur accorde une subvention ou un prêt concessionnel à Bahreïn, il est classé comme OA , car il figure sur la liste de la partie II.
Si un pays donateur fournit une assistance militaire à un autre pays ou territoire, il est classé comme OOF , car il ne vise pas le développement.

Une récente réunion du CAD de l’OCDE a vu la communauté des donateurs actualiser la définition de l’APD afin de mieux refléter les objectifs de développement durable . [3] [4]

Pays par aide au développement donnée

Article principal: Liste des gouvernements par l’aide au développement

Les volumes d’APD peuvent être mesurés de manière absolue, par le montant transféré, ou relativement, en proportion de l’économie du pays donateur. Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les 15 premiers pays (membres du CAD et non membres du CAD) ont donné les montants les plus élevés (en termes absolus) en 2015: [5] L’Union européenne a accumulé partie supérieure du PIB en tant que forme d’aide étrangère que toute autre union économique. [6]

  •  Union européenne – 87,64 milliards de dollars [8]
  1.  États-Unis – 31,08 milliards de dollars
  2.  Royaume-Uni – 18,70 milliards de dollars
  3.  Allemagne – 17,78 milliards de dollars
  4.  Japon – 9,32 milliards de dollars
  5.  France – 9,23 milliards de dollars
  6.  Suède – 7,09 milliards de dollars
  7.  Pays – Bas – 5,81 milliards de dollars
  8.  Emirats arabes unis – 4,39 milliards de dollars (membre non membre du CAD)
  9.  Canada – 4,29 milliards de dollars
  10.  Norvège – 4,28 milliards de dollars
  11.  Turquie – 3,91 milliards de dollars (membre non membre du CAD)
  12.  Italie – 3,84 milliards de dollars
  13. Suisse – 3,54 milliards de dollars
  14.  Australie – 3,22 milliards de dollars
  15.  Danemark – 2,57 milliards de dollars

Pays donateurs en pourcentage du revenu national brut

L’OCDE énumère également les pays selon le montant de l’APD qu’ils représentent en pourcentage de leur revenu national brut . Sept pays ont atteint l’objectif de longue date de l’ONU pour un ratio APD / RNB de 0,7% en 2015. Les 15 principaux pays du CAD et non membres du CAD pour 2015 sont présentés ci-dessous: [5]

  1.  Suède – 1.40%
  2.  Émirats arabes unis – 1,09% (membre non membre du CAD)
  3.  Norvège – 1,05%
  4.  Luxembourg – 0,93%
  5.  Danemark – 0,85%
  6.  Pays – Bas – 0,76%
  7.  Royaume-Uni – 0,71%
  8.  Finlande – 0,56%
  9.  Turquie – 0,54% (membre non membre du CAD)
  10. Suisse – 0.52%
  11.  Allemagne – 0,52%
  12.  Belgique – 0.42%
  13.  France – 0,37%
  14.  Irlande – 0,36%
  15.  Autriche – 0,32%

La moyenne pour les pays de l’ Union européenne membres du CAD – 0,47% [9]

Bénéficiaires de l’ aide

Informations complémentaires: Liste des pays par Aide publique au développement reçue
Une carte de la distribution de l’aide publique au développement en 2005.

La Banque mondiale rapporte que l’Irak a été le principal bénéficiaire de l’aide au développement en 2005, suivi par le Nigeria. Cependant, cela est dû aux importants accords d’allègement de la dette qui ont été accordés à ces pays cette année – lorsque les pays donateurs annulent une partie de la dette d’un pays bénéficiaire, il est considéré comme une aide publique au développement du pays donateur.

L’OCDE signale qu’en 2009, l’Afrique a reçu le montant le plus important d’APD, soit 28 milliards de dollars. Sur ce montant, 25 milliards de dollars ont été versés aux pays du sud du Sahara, le Soudan recevant environ 1,9 milliard de dollars et l’Éthiopie 1,8 milliard de dollars. L’Asie a reçu le deuxième montant le plus important à 24 milliards de dollars. Les principaux pays bénéficiaires de l’APD ont été l’Afghanistan (5,1 milliards de dollars), l’Iraq (2,6 milliards de dollars) et le Vietnam (2,1 milliards de dollars) [10].

Critique

Plusieurs économistes ont reproché à l’aide publique au développement d’être une manière inappropriée d’aider les pays pauvres. L’économiste hongrois Peter Thomas Bauer a été l’un des plus écoutés. Parmi les autres économistes notables qui s’opposent à l’ aide publique au développement, citons Dambisa Moyo dans son livre Dead Aid . Selon elle, un pays habitué à recevoir de l’APD peut être perpétuellement lié à des dons.

Les pays donateurs sont le plus souvent comparés par le montant de l’aide publique au développement donné et leur quantité d’aide en pourcentage du PIB. Cependant, on met de plus en plus l’accent sur la qualité de l’aide, plutôt que simplement sur la quantité. L’ indice de l’engagement envers le développement est l’une de ces mesures qui classe les principaux donateurs parmi un large éventail de leurs politiques «favorables au développement». Il prend en compte la qualité de l’aide, en plus de la quantité, pénalisant les pays pour l’ aide liée . L’aide ne fonctionne pas non plus dans le vide; Les politiques d’un pays sur des questions telles que le commerce ou la migration ont également un impact significatif sur les pays en développement.

Voir aussi

  • Réduction de la pauvreté

Références

  1. Jump up^ “L’aide aux pays en développement rebondit en 2013 pour atteindre un niveau record” . OCDE. 8 avril 2014 . Récupéré le 18 octobre 2014 .
  2. Jump up^ Glossaire des termes statistiques de l’OCDE, Aide publique au développement (APD)
  3. Aller^ ^ https://www.gov.uk/government/news/changes-to-official-aid-rules
  4. Jump up^ http://www.oecd.org/dac/DAC-HLM-Communique-2016.pdf
  5. ^ Aller jusqu’à:b “L’aide au développement en 2015 continue de croître en dépit des coûts pour les réfugiés qui ont des dons” (PDF) . OCDE. 13 avril 2016 . Récupéré le 29 avril 2016 .
  6. Jump up^ Hunt, Michael (2014). Le monde a transformé 1945 à nos jours . New York, New York. pp. 516-517. ISBN  9780199371020 .
  7. Jump up^ Source: Tableau 1, page 6. Citation, page 3: «En 2015, l’APD nette totale des 28 États membres de l’UE s’élevait à 74 milliards USD, soit 0,47% de leur RNB Les décaissements nets des institutions européennes s’élevaient à 13,8 milliards USD , une légère baisse de 0,5% en termes réels par rapport à 2014. “
  8. Jump up^ Institutions de l’UE 13,85 milliards de dollars, les États membres de l’UE 73,80 milliards de dollars. [7]
  9. Jump up^ Page 3, à l’exclusion des décaissements nets de 13,85 milliards de dollars des institutions de l’UE.
  10. Jump up^ OCDE,”APD par bénéficiaire”, 2011-08-08

Leave a Reply

Your email address will not be published.