Exploitation sexuelle et abus dans la réponse humanitaire

L’exploitation et l’abus sexuels dans l’intervention humanitaire ont d’ abord attiré l’attention du public avec la publication en février 2002 d’un rapport d’une mission d’évaluation conjointe examinant la question. La mission conjointe (composée dupersonneldu HCR -SCFUK) a indiqué que «les enfants réfugiés en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone ont été victimes d’ abus sexuels et d’exploitation, apparemment par des employés d’ONG nationales et internationales, du HCR et d’autres organes des Nations Unies. [1] Les agences humanitaires ont réagi presque immédiatement par des mesures visant à prévenir d’autres abus, mettant en place une task force interinstitutions ayant pour objectif de “renforcer et améliorer la protection et les soins des femmes et des enfants dans les situations de crise humanitaire et de conflit”. “En 2008, il y avait des signes que l’exploitation sexuelle et les abus des bénéficiaires non seulement continuaient, mais étaient sous-déclarés. [3] En janvier 2010, le groupe de travail ECHA / ECPS a créé un site Web consacré à la protection contre l’exploitation et les abus sexuels (PSEA) par le personnel des Nations Unies, des organisations non gouvernementales (ONG) et d’autres organisations internationales. [4]

Rapport UNHCR / SCF UK

Un résumé des principales conclusions du rapport peut être trouvé dans un article écrit par l’un des auteurs originaux. [5] Le rapport était basé sur une mission sur le terrain menée par l’équipe, qui a conduit des entretiens et des groupes de discussion avec environ 1 500 personnes (enfants et adultes) en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone:

Les chercheurs ont constaté que non seulement l’exploitation sexuelle était très répandue, mais qu’elle était également perpétrée par des travailleurs humanitaires, des gardiens de la paix et des dirigeants communautaires. Les travailleurs humanitaires échangeaient de la nourriture et des articles de secours contre des faveurs sexuelles. Les enseignants des écoles des camps ont exploité des enfants en échange de notes de passage. Les soins médicaux et les médicaments ont été donnés en échange de rapports sexuels. Quelque quarante-deux agences et soixante-sept personnes ont été impliquées dans ce comportement. Les parents ont fait pression sur leurs enfants pour qu’ils s’engagent dans des relations d’exploitation sexuelle afin d’obtenir des articles de secours pour la famille. [6]

Réponse des agences humanitaires

Enquête et sanctions

Les allégations ont fait l’objet d’une enquête par le Bureau des services de contrôle interne des Nations Unies (BSCI), qui a publié en octobre 2002 un rapport concluant qu’il n’y avait “pas d’abus généralisé de la part des travailleurs humanitaires”. Lors d’une interview accordée à CNN en mai 2002, le Haut Commissaire pour les réfugiés, Ruud Lubbers, a déclaré: “Nous ne trouvons guère de preuves concrètes, c’est très rare”. Save the Children UK (un partenaire dans l’étude originale) a répondu, “Rien que l’ONU a trouvé nous fait penser que nous avions tort”. [7]

Prévention

En juillet 2002, le Comité permanent interinstitutions des Nations Unies (IASC) a adopté un plan d’action qui stipulait que l’exploitation et les abus sexuels commis par des travailleurs humanitaires constituaient des actes d’inconduite grave et constituaient donc des motifs de licenciement. Le plan interdisait explicitement «l’échange d’argent, d’emplois, de biens ou de services à des fins sexuelles, y compris des faveurs sexuelles ou d’autres formes de comportement humiliant, dégradant ou abusif». Les principales NGHA et les agences de l’ONU engagées dans la réponse humanitaire se sont engagées à mettre en place des structures internes pour prévenir l’exploitation sexuelle et les abus des bénéficiaires. [8] [9]

Bulletin du Secrétaire général des Nations Unies

L’ONU a pris une mesure de protection contre l’exploitation sexuelle en publiant le Bulletin du Secrétaire général intitulé Mesures spéciales de protection contre l’exploitation sexuelle et les abus sexuels. [10] Le but de ce bulletin était d’établir des normes pour protéger les populations vulnérables (en particulier les femmes et les enfants) contre l’exploitation et les abus sexuels. Il définit l’exploitation sexuelle comme:

Tout abus réel ou tenté d’une position de vulnérabilité, de pouvoir différentiel ou de confiance, à des fins sexuelles, y compris, mais sans s’y limiter, en profitant financièrement, socialement ou politiquement de l’exploitation sexuelle d’autrui. [11]

Il interdit ce type de comportement à tout le personnel de l’ONU et au personnel de toutes les organisations travaillant dans le cadre d’accords de coopération avec l’ONU (à savoir les NGHA ). En outre, le bulletin décrit les sanctions et les procédures à suivre pour prévenir l’exploitation et les abus sexuels.

Projet Construire des organisations plus sûres

En novembre 2004, un certain nombre d’ONG ont mis sur pied le projet Building Safer Organizations (BSO) pour développer la capacité des ONG à «recevoir et enquêter sur les allégations d’exploitation et d’abus sexuels commis par des personnes relevant de leur compétence». et les populations hôtes locales “. Hébergé au départ comme un projet pilote par l’organisation faîtière, le Conseil international des agences bénévoles (ICVA), le projet a initialement développé du matériel de formation. En utilisant ces matériaux, le projet BSO a organisé des ateliers participatifs pour le personnel des ONG et des Nations Unies. En juin 2006, 137 membres d’ONG ont pris part à des ateliers de gestion ou d’enquête. [12] En avril 2007, BSO a été transféré à Humanitarian Accountability Partnership International, où il a été fusionné avec l’unité des plaintes de HAP. [13] En avril 2008, l’ASF avait organisé «16 ateliers d’enquête, sept ateliers de suivi des enquêtes, sept ateliers de gestion ainsi que quatre ateliers de formation des formateurs et un atelier sur les mécanismes de plaintes. ateliers.” [14]

Depuis sa création, le BSO aide les organisations à appliquer les principes de bons systèmes de plainte et de réponse aux cas d’exploitation et d’abus sexuels commis par le personnel. BSO aide les ONG à atteindre une plus grande responsabilité en:

  • Formation du personnel des ONG par l’intermédiaire du Programme d’apprentissage des enquêtes de BSO (LP) sur la conduite d’enquêtes équitables, approfondies et confidentielles sur les plaintes pour exploitation sexuelle et abus des survivants de catastrophes
  • Promouvoir la mise en œuvre de normes communes sur la prévention et la réponse à l’exploitation et aux abus sexuels en travaillant avec les réseaux nationaux et régionaux
  • Publication de lignes directrices [15] sur les mécanismes de plainte et les procédures d’enquête, et un manuel de formation [16] contenant les programmes d’apprentissage en matière d’enquêtes.
  • Offrir des opportunités pour l’engagement de pair à pair
  • Soutenir les ONG pour développer de meilleures pratiques à travers la recherche et le plaidoyer [17]

Une évaluation indépendante de la Commission des femmes pour les femmes et les enfants a conclu que le programme d’apprentissage des BSO s’est avéré un outil précieux pour les agences humanitaires pour renforcer leur capacité à recevoir et enquêter sur les allégations d’exploitation et d’abus sexuels des bénéficiaires. et) les documents du programme d’apprentissage des BSO sont efficaces et bien reçus “. [18]

Raisons pour quelques plaintes

Deux études de 2008 ont montré que les survivants de catastrophes qui ont été exploités sexuellement (ou abusés) par des travailleurs humanitaires ne se plaignent souvent pas. Save the Children explique ainsi l’absence de plaintes:

  • Les enfants (et les adultes) sont insuffisamment soutenus pour dénoncer les abus dont ils font l’objet.
  • La communauté internationale ne fait pas preuve d’un leadership ou d’un courage managérial suffisamment fort sur cette question.
  • Il y a un manque d’investissement dans la protection de l’enfance par les gouvernements et les donateurs. [19]

Le 25 juin 2008, le Humanitarian Accountability Partnership International (HAP) a publié un rapport sur l’exploitation et les abus sexuels, “Pour se plaindre ou ne pas se plaindre: toujours la question”. Ce rapport comprend des détails pour trois pays dans lesquels des consultations ont eu lieu. Il conclut:

L’exploitation et les abus sexuels sont un résultat prévisible d’un manque de responsabilité vis-à-vis des bénéficiaires de l’aide humanitaire. La raison la plus importante de ce «déficit de responsabilité humanitaire» est la relation asymétrique principal-agent qui caractérise la plupart des transactions «humanitaires», ce qui désavantage structurellement les utilisateurs de l’aide humanitaire dans leurs relations avec les fournisseurs d’aide humanitaire. [20]

Références

  1. Aller^ ^ “Mano River Union: Rapports que les enfants réfugiés exploités sexuellement choc Annan” . irinnews.org. 27 février 2002 . Récupéré le 7 octobre 2010 .
  2. Jump up^ Iain Levine et Mark Bowden (15 octobre 2002). “Protection contre l’exploitation et les abus sexuels dans les crises humanitaires: la réponse de la communauté humanitaire” (PDF) . Revue de migration forcée. p. 20.
  3. Jump up^ “Personne vers qui se tourner” (PDF) . Save the Children Royaume-Uni. 2008
  4. Aller de l’avant^ “protection contre l’exploitation et l’abus sexuels par les Nations Unies et le personnel concerné” . LEFP groupetravail . Récupéré le 7 octobre2010 .
  5. Jump up^ Asmita Naik (15 octobre 2002). “Protéger les enfants contre les protecteurs: les leçons de l’Afrique de l’Ouest” (PDF) . Revue de migration forcée.
  6. Aller^ Ferris, Beth (2007). “Abus de pouvoir: Exploitation sexuelle des femmes et des filles réfugiées” . Brookings Institution.
  7. Jump up^ Cité dans Asmita Naik: “Le scandale sexuel en Afrique de l’Ouest” HPN
  8. Jump up^ Iain Levine et Mark Bowden (15 octobre 2002). “Protection contre l’exploitation et les abus sexuels dans les crises humanitaires: la réponse de la communauté humanitaire” (PDF) . Revue de migration forcée. p. 20.
  9. Jump up^ “IASC, Protection contre l’exploitation et l’abus sexuels” (PDF) .
  10. Aller^ ^ “Bulletin du Secrétaire général” (PDF) .
  11. Aller^ ^ “Bulletin du Secrétaire général” (PDF) . p. 1.
  12. Jump up^ “Évaluation de la Commission des femmes” .
  13. Aller^ ^ “Projets HAP” .
  14. Aller^ ^ “Se plaindre ou ne pas se plaindre: toujours la question” (PDF) . p. 12, fn. 6.
  15. Jump up^ “Lignes directrices” (PDF) . hapinternational.org.
  16. Jump up^ “Manuel” (PDF) . hapinternational.org.
  17. Aller^ ^ “Services HAP” . hapinternational.org.
  18. Jump up^ “Évaluation de la Commission des femmes Juin 2006” . icva.ch.
  19. Jump up^ ” ” Personne à se tourner vers “Save the Children UK” . 2008. p. 20.
  20. Aller^ ^ “Se plaindre ou ne pas se plaindre: toujours la question” (PDF) . reliefweb.int. p. 52

Leave a Reply

Your email address will not be published.