La pauvreté est la rareté ou l’absence d’une certaine quantité (variante) de biens matériels ou d’argent. La pauvreté est un concept multidimensionnel qui peut inclure des éléments sociaux , économiques et politiques . La pauvreté absolue , l’extrême pauvreté ou la misère font référence au manque total de moyens nécessaires pour satisfaire les besoins personnels de base tels que la nourriture , les vêtements et le logement.

Le seuil auquel la pauvreté absolue est définie est considéré à peu près le même, indépendamment du lieu ou de l’époque de la personne. D’autre part, la pauvreté relative se produit lorsqu’une personne qui vit dans un pays donné ne jouit pas d’un certain niveau minimum de «niveau de vie» par rapport au reste de la population de ce pays. Par conséquent, le seuil auquel la pauvreté relative est définie varie d’un pays à l’autre ou d’une société à l’autre.

La satisfaction des besoins fondamentaux peut être limitée par des contraintes sur la capacité du gouvernement à fournir des services, tels que la corruption , l’ évasion fiscale , la dette et les conditionnalités des prêts et par la fuite des cerveaux des professionnels de la santé et de l’éducation. Les stratégies visant à accroître les revenus pour rendre les besoins élémentaires plus abordables comprennent généralement le bien-être, les libertés économiques et la fourniture de services financiers. [3]

La réduction de la pauvreté reste un problème majeur (ou une cible) pour de nombreuses organisations internationales telles que les Nations Unies et la Banque mondiale.

Prévalence mondiale

 La Banque mondiale prévoit que 702.1 millions de personnes , soit une baisse de 1,75 milliards en 1990. [4] [ préciser ] Parmi ceux – ci, environ 347.100.000 personnes vivaient en Afrique subsaharienne (35,2% de la population) et 231.300.000 vivaient en Asie du Sud ( 13,5% de la population). Selon la Banque mondiale, entre 1990 et 2015, le pourcentage de la population mondiale vivant dans l’extrême pauvreté est passé de 37,1% à 9,6%, tombant pour la première fois en dessous de 10%. [5] Néanmoins, compte tenu du modèle économique actuel, fondé sur le PIB , il faudrait 100 ans pour ramener les plus pauvres du monde au seuil de pauvreté précédent de 1,25 dollar par jour. [6]L’extrême pauvreté est un défi mondial. il est observé dans toutes les parties du monde, y compris les économies développées. [7] [8] L’UNICEF estime que la moitié des enfants dans le monde (ou 1,1 milliard) vivent dans la pauvreté. [9] Certains universitaires ont soutenu que les politiques néolibérales promues par les institutions financières mondiales telles que le FMI et la Banque mondiale exacerbent à la fois l’inégalité et la pauvreté. [dix]

Une autre estimation place la véritable échelle de la pauvreté beaucoup plus haut que la Banque mondiale, avec environ 4,3 milliards de personnes (59 pour cent de la population mondiale) vivant avec moins de 5 dollars par jour et incapables de répondre adéquatement aux besoins de base. [11]

En 2012, on estime que, compte tenu du seuil de pauvreté de 1,25 dollar par jour, 1,2 milliard de personnes vivaient dans la pauvreté. [12]

Étymologie

La pauvreté est la rareté ou l’absence d’une certaine quantité (variante) de biens matériels ou d’argent. [13]

Le mot pauvreté vient du vieux français poverté (français moderne: pauvreté), du latin paupertās du pauper (pauvre). [14]

Le mot anglais “pauvreté” via anglo-normand povert. [la citation nécessaire ] Il y a plusieurs définitions de la pauvreté selon le contexte de la situation dans laquelle elle est placée, et les vues de la personne donnant la définition.

Mesurer la pauvreté

Définitions

Nations Unies : Fondamentalement, la pauvreté est l’incapacité d’avoir des choix et des opportunités, une violation de la dignité humaine. Cela signifie un manque de capacité de base pour participer efficacement à la société. Cela signifie ne pas avoir assez pour nourrir et vêtir une famille, ne pas avoir d’école ou de clinique, ne pas avoir la terre pour cultiver sa nourriture ou un emploi pour gagner sa vie, ne pas avoir accès au crédit. Cela signifie l’insécurité, l’impuissance et l’exclusion des individus, des ménages et des communautés. Cela signifie la susceptibilité à la violence, et cela implique souvent de vivre dans des environnements marginaux ou fragiles, sans accès à l’eau potable ou à l’assainissement. [16]

Banque mondiale : La pauvreté est une privation marquée du bien-être et comporte de nombreuses dimensions . Elle comprend les faibles revenus et l’incapacité d’acquérir les biens et services de base nécessaires à la survie dans la dignité. La pauvreté englobe également les faibles niveaux de santé et d’éducation, l’accès limité à l’eau potable et à l’assainissement, la sécurité physique inadéquate, le manque de voix et l’insuffisance des capacités et des possibilités d’améliorer la vie. [17]

La pauvreté est généralement mesurée comme étant absolue ou relative (cette dernière étant en fait un indice d’ inégalité des revenus ).

Au Royaume-Uni , le second ministère Cameron a été attaqué pour sa redéfinition de la pauvreté; la pauvreté n’est plus classée par le revenu d’une famille, mais par la question de savoir si une famille travaille ou non. [18] Considérant que les deux tiers des personnes qui ont trouvé un emploi acceptaient des salaires inférieurs au salaire vital (selon la Fondation Joseph Rowntree [19] ), les militants anti-pauvreté ont critiqué ce point de vue comme étant une vision irréaliste de la pauvreté. Royaume-Uni. [18]

Pauvreté absolue

La pauvreté absolue fait référence à une norme fixe qui est cohérente dans le temps et entre les pays. Introduit en 1990, le seuil de pauvreté d’ un dollar par jour mesurait la pauvreté absolue selon les normes des pays les plus pauvres du monde. La Banque mondiale a défini le nouveau seuil de pauvreté international comme étant de 1,25 dollar par jour en 2008 pour 2005 (ce qui équivaut à 1,00 dollar par jour en 1996 aux États-Unis). [20] [21] En octobre 2015, ils l’ont ramené à 1,90 $ par jour. [22]

La pauvreté absolue, l’extrême pauvreté ou la pauvreté abjecte est «une condition caractérisée par une grave privation des besoins humains fondamentaux, y compris la nourriture, l’eau potable, les installations sanitaires, la santé, le logement, l’éducation et l’information. aux services. ” [23] Le terme «pauvreté absolue», utilisé de cette manière, est généralement synonyme de «pauvreté extrême»: Robert McNamara , ancien président de la Banque mondiale, a décrit la pauvreté absolue ou extrême comme «une condition si limitée par la malnutrition , analphabétisme , maladie, environnement sordide, mortalité infantile élevée ,[24] [notes 1] [25] L’Australie est l’une des nations les plus riches du monde. Dans son article publié dans Australian Policy Online, Robert Tanton note que «Bien que ce montant soit approprié pour les pays du tiers monde, en Australie, le montant requis pour satisfaire ces besoins fondamentaux sera naturellement beaucoup plus élevé parce que les prix de ces produits de base sont plus élevés. ”

Cependant, comme la richesse nécessaire à la survie n’est pas la même dans tous les lieux et toutes les périodes, en particulier dans les pays très développés où peu de personnes tomberaient sous les seuils de pauvreté du Groupe de la Banque mondiale, les pays développent souvent leurs propres seuils de pauvreté.

Un seuil de pauvreté absolu a été calculé en Australie pour l’enquête sur la pauvreté de Henderson en 1973. Il était de 62,70 $ par semaine, soit le revenu disponible requis pour subvenir aux besoins de base d’une famille de deux adultes et de deux enfants à charge. Ce seuil de pauvreté a été mis à jour régulièrement par le Melbourne Institute en fonction de l’augmentation des revenus moyens; pour un seul salarié, il était de 391,85 dollars par semaine (y compris les frais de logement) en mars 2009. [26] En Australie, la pauvreté de l’OCDE équivaudrait à un «revenu disponible inférieur à 358 dollars par semaine pour un seul adulte». Tenir compte de leurs coûts plus élevés. [27] En 2015, l’Australie a mis en œuvre la mesure de privation individuelle qui traite des disparités entre les sexes dans la pauvreté.[28]

Voir aussi: Pouvoir d’achat

Pour quelques années à partir de 1990, la Banque mondiale a fixé le seuil de pauvreté absolue à 1 dollar par jour. Cela a été révisé en 1993 et, jusqu’en 2005, la pauvreté absolue était de 1,08 dollar par jour pour tous les pays en termes de parité de pouvoir d’achat , après ajustement pour tenir compte de l’inflation par rapport au dollar américain de 1993. En 2005, après des études approfondies sur le coût de la vie à travers le monde, la Banque mondiale a relevé la mesure du seuil de pauvreté mondiale pour refléter le coût de la vie plus élevé observé. [29] En 2015, la Banque mondiale définit la pauvreté extrême comme vivant avec moins de 1,90 USD ( PPA ) par jour et une pauvreté modérée [la citation nécessaire ](mais notez qu’une personne ou une famille ayant accès à des ressources de subsistance, par exemple, des agriculteurs de subsistance , peut avoir un faible revenu monétaire sans un niveau de vie relativement bas – elle ne vit pas «sur» son argent. revenu mais en l’utilisant comme un complément). Il a estimé que “en 2001, 1,1 milliard de personnes avaient des niveaux de consommation inférieurs à 1 dollar par jour et 2,7 milliards vivaient avec moins de 2 dollars par jour”. [30] Un «dollar par jour», dans les pays qui n’utilisent pas le dollar américain comme monnaie, ne se traduit pas par un jour de vie équivalent au montant de la monnaie locale déterminé par le taux de change . [31] Au contraire, il est déterminé par la parité du pouvoir d’achattaux, qui regarderait combien de monnaie locale est nécessaire pour acheter les mêmes choses qu’un dollar pourrait acheter aux États-Unis. [31] Habituellement, cela se traduirait par moins de monnaie locale que le taux de change dans les pays les plus pauvres, car les États-Unis sont un pays relativement plus cher. [31]

Le seuil de pauvreté de 1,90 dollar par jour fixé par la Banque mondiale est controversé. Chaque nation a son propre seuil de pauvreté absolue; aux États-Unis, par exemple, le seuil de pauvreté absolue était de 15,15 $ par jour en 2010 (US 22 000 $ par année pour une famille de quatre personnes ), [32] tandis qu’en Inde , il était de 1,0 $ par jour [33] et en Chine la le seuil de pauvreté absolue était de 0,55 USD par jour, chacun sur la base du PPP en 2010. [34]Ces différents seuils de pauvreté rendent difficile la comparaison des données entre les rapports officiels de chaque pays. Certains chercheurs affirment que la méthode de la Banque mondiale place la barre trop haut, d’autres soutiennent qu’elle est faible. D’autres encore suggèrent que le seuil de pauvreté est trompeur car il mesure la même chose en dessous du seuil de pauvreté, alors qu’en réalité, une personne vivant avec 1,20 dollar par jour vit dans un état de pauvreté différent de celui qui vit avec 0,20 dollar par jour. En d’autres termes, la profondeur et l’intensité de la pauvreté varient à travers le monde et dans toutes les populations régionales, et le seuil de pauvreté et le nombre de têtes de 1,25 dollar par jour sont des mesures inadéquates. [33] [35] [36]

La part de la population mondiale vivant dans la pauvreté absolue est tombée de 43% en 1981 à 14% en 2011. [30] Le nombre absolu de personnes pauvres est passé de 1,95 milliard en 1981 à 1,01 milliard en 2011. [37] L’économiste Max Roser estime que le nombre de personnes vivant dans la pauvreté est donc à peu près le même qu’il y a 200 ans. [37] C’est le cas puisque la population mondiale était juste un peu plus de 1 milliard en 1820 et que la majorité (84% à 94% [38] ) de la population mondiale vivait dans la pauvreté. La proportion de la population du monde en développement vivant dans une extrême pauvreté économique est tombée de 28% en 1990 à 21% en 2001. [30]La majeure partie de cette amélioration s’est produite en Asie de l’ Est et du Sud. [39] En Asie de l’Est, la Banque mondiale a déclaré que «le taux de pauvreté au seuil de 2 dollars par jour est tombé à environ 27% [en 2007], contre 29,5% en 2006 et 69% en 1990. ” [40] En Afrique subsaharienne, l’ extrême pauvreté est passée de 41% en 1981 à 46% en 2001 [41], ce qui, conjugué à la croissance démographique, a fait passer le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté de 231 millions à 318 millions. [42]

Au début des années 90, certaines économies en transition d’Europe centrale et orientale et d’Asie centrale ont enregistré une forte baisse de leurs revenus. [43] L’ effondrement de l’Union soviétique s’est traduit par de fortes baisses du PIB par habitant, de l’ordre de 30 à 35% entre 1990 et l’année creuse de 1998 (quand elle était au minimum). En conséquence, les taux de pauvreté ont également augmenté, bien qu’au cours des années suivantes, les revenus par habitant se soient redressés, le taux de pauvreté est passé de 31,4% à 19,6%. [44] [45]

Les données de la Banque mondiale montrent que le pourcentage de la population vivant dans des ménages ayant une consommation ou un revenu par personne vivant en dessous du seuil de pauvreté a diminué dans chaque région du monde depuis 1990: [46] [47]

Région 1 $ par jour 1,25 $ par jour [48]
1990 2002 2004 1981 2008
Asie de l’Est et Pacifique 15.40% 12,33% 9,07% 77,2% 14,3%
Europe et Asie centrale 3,60% 1,28% 0.95% 1,9% 0,5%
Amérique latine et Caraïbes 9,62% 9.08% 8,64% 11,9% 6,5%
Moyen-Orient et Afrique du Nord 2,08% 1,69% 1,47% 9,6% 2,7%
Asie du sud 35,04% 33,44% 30,84% 61,1% 36%
Afrique sub-saharienne 46,07% 42,63% 41,09% 51,5% 47,5%
Monde 52,2% 22,4%

L’espérance de vie a augmenté et convergé pour la plus grande partie du monde. L’Afrique subsaharienne a récemment connu un déclin, en partie lié à l’ épidémie de sida . Le graphique montre les années 1950-2005.

Selon Chen et Ravallion, environ 1,76 milliard de personnes dans les pays en développement vivaient au-dessus de 1,25 dollar par jour et 1,9 milliard de personnes vivaient en dessous de 1,25 dollar par jour en 1981. La population mondiale a augmenté au cours des 25 prochaines années. En 2005, environ 4,09 milliards de personnes dans les pays en développement vivaient au-dessus de 1,25 dollar par jour et 1,4 milliard de personnes vivaient en dessous de 1,25 dollar par jour (les données de 1981 et de 2005 sont ajustées en fonction de l’inflation). [49] [50]Certains érudits avertissent que ces tendances sont sujettes à diverses hypothèses et pas certain. En outre, ils notent que la réduction de la pauvreté n’est pas uniforme dans le monde entier; Les pays économiquement prospères tels que la Chine, l’Inde et le Brésil ont fait plus de progrès dans la réduction de la pauvreté absolue que les pays d’autres régions du monde. [51]

Les tendances absolues des mesures de la pauvreté mentionnées ci-dessus sont soutenues par les indicateurs de développement humain, qui s’améliorent également. L’espérance de vie a considérablement augmenté dans le monde en développement depuis la Seconde Guerre mondiale et commence à combler l’écart avec le monde développé. [la citation nécessaire ] La mortalité infantile a diminué dans chaque région en développement du monde. [52] La proportion de la population mondiale vivant dans des pays où l’approvisionnement alimentaire par habitant est inférieur à 2 200 calories (9 200 kilojoules ) par jour est passée de 56% au milieu des années 1960 à moins de 10% dans les années 90. Des tendances similaires peuvent être observées pour l’alphabétisation, l’accès à l’eau potable et à l’électricité et aux biens de consommation de base. [53]

La pauvreté relative

Ce graphique montre la proportion de la population mondiale dans l’ extrême pauvreté 1981-2008 selon la Banque mondiale .

La pauvreté relative considère la pauvreté comme socialement définie et dépendante du contexte social , de sorte que la pauvreté relative est une mesure de l’inégalité des revenus. Habituellement, la pauvreté relative est mesurée par le pourcentage de la population dont le revenu est inférieur à une certaine proportion fixe du revenu médian. Il existe plusieurs autres paramètres d’inégalité des revenus , par exemple le coefficient de Gini ou l’ indice Theil .

La pauvreté relative est la «mesure la plus utile pour déterminer les taux de pauvreté dans les pays développés riches». [54] [55] [56] [57] [58] La mesure relative de la pauvreté est utilisée par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), l’ Organisation de coopération et de développement économiques ) et les chercheurs canadiens sur la pauvreté. [54] [55] [56] [57] [58] Dans l’Union européenne, la “mesure de la pauvreté relative est le plus important et le plus cité des indicateurs de l’inclusion sociale de l’UE”. [59]

“La pauvreté relative reflète mieux le coût de l’inclusion sociale et de l’égalité des chances dans un espace et un temps spécifiques.” [60]

“Une fois que le développement économique a progressé au-delà d’un certain niveau minimum, le problème de la pauvreté – tant du point de vue du pauvre que des sociétés dans lesquelles il vit – n’est pas tant l’effet de la pauvreté sous une forme absolue mais les effets du contraste, perçu quotidiennement, entre la vie des pauvres et la vie de ceux qui les entourent.Pour des raisons pratiques, le problème de la pauvreté dans les pays industrialisés est aujourd’hui un problème de pauvreté relative (page 9). ” [60] [61]

En 1776, Adam Smith dans The Wealth of Nations affirmait que la pauvreté est l’incapacité de se procurer «non seulement les biens indispensables au soutien de la vie, mais quelle que soit la coutume du pays, la rend indécente pour les gens honorables, même les plus humbles. ordre, être sans “. [62] [63]

En 1958, JK Galbraith affirmait que «les gens sont frappés par la pauvreté lorsque leurs revenus, même s’ils sont suffisants pour survivre, sont nettement inférieurs à ceux de leur communauté». [63] [64]

En 1964, dans un rapport conjoint du président de la commission économique aux États-Unis, les républicains ont approuvé le concept de pauvreté relative. “Il n’existe pas de définition objective de la pauvreté … La définition varie d’un endroit à l’autre et de temps en temps, car notre niveau de vie augmente en Amérique, tout comme notre idée de ce qui est inférieur aux normes.” [63] [65]

En 1965, Rose Friedman a plaidé pour l’utilisation de la pauvreté relative en affirmant que la définition de la pauvreté change en fonction du niveau de vie général. Ceux qui ont été étiquetés comme pauvres en 1995 auraient eu «un niveau de vie plus élevé que beaucoup ont été étiquetés comme non pauvres» en 1965. [63] [66]

En 1979, le sociologue britannique Peter Townsend a publié sa fameuse définition: “les individus … peuvent être considérés comme pauvres quand ils manquent de ressources pour obtenir les types d’alimentation, participer aux activités et avoir les conditions de vie et les commodités qui sont coutumiers, ou sont au moins largement encouragés ou approuvés, dans les sociétés auxquelles ils appartiennent (page 31) “. [67] Cette définition et cette mesure de la pauvreté étaient profondément liées à l’idée que la pauvreté et la participation sociétale sont profondément associées. [68]

Peter Townsend a transformé la conception de la pauvreté, le considérant non seulement le manque de revenus , mais que la configuration des conditions économiques qui empêchent les gens d’être membres à part entière de la société (Townsend, 1979; [67] Ferragina et al 2016. [68] ). La pauvreté réduit la capacité des gens à participer à la société, leur refusant effectivement la citoyenneté à part entière (comme suggéré par TH Marshall). Étant donné qu’il n’existe pas de principes universels permettant de déterminer le seuil minimum de participation correspondant à la pleine appartenance à la société, Townsend a soutenu que la mesure appropriée serait nécessairement relative à un contexte culturel particulier. Il a suggéré que chacun dans la répartition des revenus de la société , il devrait y avoir un empiriquement déterminable « point d’ arrêt » au- dessous duquel la participation des individus s’effondre, fournissant une base scientifique pour la fixation d’ une ligne de pauvreté et déterminer l’étendue de la pauvreté (Ferragina et al. 2016 [68] ).

Brian Nolan et Christopher T. Whelan de l’Institut de recherche économique et sociale (ESRI) en Irlande ont expliqué que «la pauvreté doit être considérée en termes de niveau de vie de la société en question». [69]

Les mesures relatives de la pauvreté sont utilisées comme taux de pauvreté officiels par l’Union européenne, l’UNICEF et l’OEDC. Le principal seuil de pauvreté utilisé dans l’ OCDE et dans l’ Union européenne est basé sur la «distance économique», un niveau de revenu fixé à 60% du revenu médian des ménages. [70]

D’ autres aspects

Les aspects économiques de la pauvreté se concentrent sur les besoins matériels, incluant généralement les nécessités de la vie quotidienne, comme la nourriture, les vêtements, les abris ou l’eau potable. La pauvreté dans ce sens peut être comprise comme une condition dans laquelle une personne ou une communauté manque des besoins fondamentaux pour un niveau minimum de bien-être et de vie, en particulier en raison d’un manque persistant de revenus. L’augmentation de la pauvreté va de pair avec le chômage, la faim et un taux de criminalité plus élevé.

L’analyse des aspects sociaux de la pauvreté lie les conditions de rareté aux aspects de la distribution des ressources et du pouvoir dans une société et reconnaît que la pauvreté peut être fonction de la «capacité» réduite des gens à vivre le genre de vie qu’ils valorisent. Les aspects sociaux de la pauvreté peuvent inclure le manque d’ accès à l’information , à l’ éducation , aux soins de santé , au capital social ou au pouvoir politique . [68] [71] [72]

Les niveaux de pauvreté sont des images instantanées dans le temps qui omettent la dynamique de transition entre les niveaux. Les statistiques sur la mobilité fournissent des informations supplémentaires sur la fraction qui quitte le seuil de pauvreté. Par exemple, une étude révèle que sur une période de seize ans (1975 à 1991 aux États-Unis), seulement 5% de ceux du cinquième inférieur du niveau de revenu étaient encore à ce niveau, tandis que 95% passaient à une catégorie de revenu supérieure. [73] Les niveaux de pauvreté peuvent rester les mêmes tandis que ceux qui sortent de la pauvreté sont remplacés par d’autres. Les pauvres transitoires et les pauvres chroniques diffèrent dans chaque société. Dans une période de neuf ans se terminant en 2005 pour les États-Unis, 50% du quintile le plus pauvre est passé à un quintile supérieur. [74]

La pauvreté peut également être comprise comme un aspect d’un statut social inégal et de relations sociales inéquitables, vécues comme une exclusion sociale, une dépendance et une capacité réduite à participer, ou à développer des liens significatifs avec d’autres personnes dans la société. [75] [76] [77] Une telle exclusion sociale peut être minimisée par le renforcement des liens avec le courant dominant, par exemple par la fourniture de soins relationnels à ceux qui vivent dans la pauvreté.

Tôt le matin, devant l’Opera Tavern de Stockholm, une bande de mendiants attendait la livraison des restes de la veille. Suède , 1868.

Les «Voix des pauvres» de la Banque mondiale, fondées sur des recherches menées auprès de plus de 20 000 personnes pauvres dans 23 pays, identifient une série de facteurs que les pauvres identifient comme faisant partie de la pauvreté. Ceux-ci inclus:

  • Abus de ceux qui sont au pouvoir
  • Institutions démotivantes
  • Emplacements exclus
  • Relations de genre
  • Manque de sécurité
  • Capacités limitées
  • Limitations physiques
  • Moyens de subsistance précaires
  • Problèmes dans les relations sociales
  • Organismes communautaires faibles
  • Discrimination

David Moore, dans son livre The World Bank , soutient que certaines analyses de la pauvreté reflètent des stéréotypes péjoratifs, parfois raciaux, de personnes appauvries en tant que victimes impuissantes et bénéficiaires passifs de programmes d’aide. [78]

L’extrême pauvreté, terme apparemment inventé par Michael Lipton [79], signifie être parmi les plus pauvres parmi les pauvres dans les pays à faible revenu. Lipton a défini l’ultra-pauvreté comme recevant moins de 80% de l’apport calorique minimum tout en dépensant plus de 80% du revenu en nourriture. Alternativement, un rapport publié en 2007 par l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires a défini l’ultra-pauvreté comme vivant avec moins de 54 cents par jour. [80]

La pauvreté matérielle est une condition économique et sociale plus persistante et prévalente que la pauvreté monétaire. [81]Il peut être défini comme l’incapacité d’un ménage à accéder à des ressources de richesse suffisantes pour subvenir à ses besoins essentiels pendant une période de trois mois. Les ressources de base comprennent l’accession à la propriété, les autres biens immobiliers (résidence secondaire, propriétés louées, etc.), la valeur nette des actifs agricoles et commerciaux, les stocks, les comptes de chèques et d’épargne, et autres économies (argent dans les obligations d’épargne, valeurs de rachat de police d’assurance-vie, etc.) La richesse est mesurée sous trois formes: la valeur nette, la valeur nette moins les capitaux propres et les liquidités. La valeur nette comprend tous les aspects mentionnés ci-dessus. La valeur nette moins la valeur nette de la maison est la même sauf qu’elle n’inclut pas la propriété dans le calcul de l’actif. Les liquidités sont des ressources facilement disponibles telles que les liquidités, les chèques et les comptes d’épargne, les actions, et d’autres sources d’épargne. Il existe deux types d’actifs: tangibles et intangibles. Les actifs corporels ressemblent le plus à des actifs liquides, en ce sens qu’ils comprennent des actions, des obligations, des biens, des ressources naturelles et des biens immobiliers non sous forme de biens immobiliers. Les actifs incorporels sont simplement l’accès au crédit,le capital social , le capital culturel , le capital politique et le capital humain .

Caractéristiques

Les effets de la pauvreté peuvent également être des causes énumérées ci-dessus, créant ainsi un «cycle de pauvreté» opérant à plusieurs niveaux, individuel, local, national et mondial.

Santé

Un tiers des décès – quelque 18 millions de personnes par an ou 50 000 par jour – sont dus à des causes liées à la pauvreté. Les personnes de couleur, les femmes et les enfants sont surreprésentés parmi les pauvres du monde et ces effets de la pauvreté extrême. [82] [83] [84] Ceux qui vivent dans la pauvreté souffrent de manière disproportionnée de la faim ou même de la famine et de la maladie. [85] Les personnes vivant dans la pauvreté souffrent d’une espérance de vie inférieure . [86] Selon l’ Organisation mondiale de la santé , la faim et la malnutrition sont les menaces les plus graves à la santé publique mondiale et la malnutrition est de loin le plus grand contributeur à la mortalité infantile, présent dans la moitié des cas. [87]

Près de 90% des décès maternels pendant l’accouchement ont lieu en Asie et en Afrique subsaharienne, contre moins de 1% dans les pays développés. [88] Ceux qui vivent dans la pauvreté ont également démontré qu’ils étaient beaucoup plus susceptibles d’avoir ou d’avoir un handicap au cours de leur vie. [89] Les maladies infectieuses comme le paludisme et la tuberculose peuvent perpétuer la pauvreté en détournant les ressources sanitaires et économiques de l’investissement et de la productivité. le paludisme réduit la croissance du PIB de 1,3% dans certains pays en développement et le sida réduit la croissance africaine de 0,3 à 1,5% par an. [90] [91] [92]

Une paire d’études sur l’influence de la pauvreté sur la capacité de raisonner sur des questions complexes nécessitant une solution immédiate a montré que la pauvreté entrave directement la fonction cognitive. Les soucis financiers semblent imposer un lourd fardeau à nos ressources mentales, de sorte qu’elles ne sont plus entièrement disponibles pour résoudre des problèmes complexes. La capacité réduite à résoudre des problèmes peut conduire à des décisions sous-optimales et perpétuer la pauvreté. [93]

Les maladies infectieuses continuent de briser la vie des pauvres à travers le monde. On estime que 40 millions de personnes vivent avec le VIH / SIDA, avec 3 millions de décès en 2004. Chaque année, il y a 350-500 millions de cas de paludisme, avec 1 million de décès: l’Afrique compte pour 90% des décès palustres et les enfants africains 80% des victimes du paludisme dans le monde. [94]

La faim

Les augmentations des coûts de la vie rendent les personnes pauvres moins en mesure d’acheter des articles. Les pauvres dépensent une plus grande partie de leur budget en nourriture que les gens riches. En conséquence, les ménages pauvres et ceux qui sont proches du seuil de pauvreté peuvent être particulièrement vulnérables à la hausse des prix des denrées alimentaires . Par exemple, à la fin de 2007, l’augmentation du prix des céréales [95] a entraîné des émeutes de la faimdans certains pays. [96] [97] [98] La Banque mondiale a averti que 100 millions de personnes risquaient de sombrer davantage dans la pauvreté. [99] Les menaces à l’approvisionnement en nourriture peuvent également être causées par la sécheresse et la crise de l’ eau . [100] L’agriculture intensive conduit souvent à un cercle vicieux d’épuisement de la fertilité des sols et de baisse des rendements agricoles . [101] Environ 40% des terres agricoles du monde sont sérieusement dégradées. [102] [103] En Afrique , si les tendances actuelles de la dégradation des sols se poursuivent, le continent pourrait être en mesure de nourrir seulement 25% de sa population d’ici 2025, selon l’ Université des Nations Unies Institut basée au Ghana , de ressources naturelles en Afrique. [104] Près de 11 millions d’enfants vivant dans la pauvreté meurent chaque année avant leur cinquième anniversaire. 1,02 milliard de personnes se couchent affamées chaque nuit.[105]

Selon l’ indice mondial de la faim , l’Afrique subsaharienne a enregistré le taux de malnutrition infantile le plus élevé des régions du monde au cours de la période 2001-2006. [106]

Les efforts pour mettre fin à la faim et la sous – alimentation

Dans le cadre des objectifs de développement durable, la communauté mondiale a fait de l’élimination de la faim et de la dénutrition une priorité pour les années à venir. Alors que l’objectif 2 des ODD vise à atteindre cet objectif d’ici 2030 [107], un certain nombre d’initiatives visent à atteindre l’objectif 5 ans plus tôt, d’ici 2025:

  • Le partenariat Compact2025 , mené par l’ IFPRI avec la participation d’organisations des Nations Unies, d’ONG et de fondations privées [108] développe et diffuse des conseils fondés sur des preuves pour les politiciens et autres décideurs visant à éradiquer la faim et la dénutrition d’ici 2025. [109] Il fonde son affirmation que la faim peut être terminée d’ici 2025 sur un rapport de Shenggen Fan et Paul Polman qui a analysé les expériences de la Chine, du Vietnam, du Brésil et de la Thaïlande. [110]
  • L’ Union européenne et la Fondation Bill & Melinda Gates ont lancé un partenariat pour lutter contre la dénutrition en juin 2015. Le programme sera lancé au Bangladesh, au Burundi, en Ethiopie, au Kenya, au Laos et au Niger et aidera ces pays à améliorer leurs informations. nutrition afin qu’ils puissent élaborer des politiques nutritionnelles nationales efficaces. [111]
  • L’ Organisation des Nations Unies pour l’ alimentation et l’agriculture a créé un partenariat qui agira à travers le cadre du PDDAA de l’ Union africaine visant à éradiquer la faim en Afrique d’ici 2025. Il comprend différentes interventions dont le soutien à l’amélioration de la production alimentaire, le renforcement de la protection sociale et l’intégration du droit à l’alimentation dans la législation nationale. [112]

Education

La recherche a révélé qu’il existe un risque élevé de sous-performance scolaire chez les enfants issus de familles à faible revenu. C’est souvent un processus qui commence à l’école primaire pour certains enfants moins chanceux. L’enseignement dans le système éducatif américain, ainsi que dans la plupart des autres pays, tend à être orienté vers les étudiants issus de milieux plus favorisés. En conséquence, les enfants dans la pauvreté sont plus à risque que les enfants favorisés d’être rétention dans leur classe, de faire des placements délétères spéciaux pendant les heures de classe et même de ne pas terminer leurs études secondaires. [113] L’ avantage engendre l’avantage. [114]Il y a en effet beaucoup d’explications pour expliquer pourquoi les étudiants ont tendance à abandonner l’école. L’un est les conditions auxquelles ils vont à l’école. Les écoles dans les zones touchées par la pauvreté ont des conditions qui empêchent les enfants d’apprendre dans un environnement sûr. Une zone de guerre urbaine est un quartier pauvre où sévissent des crimes, où des conditions de vie dégradées, violentes, voire guerrières, et des écoles sous-financées et largement inefficaces favorisent des résultats scolaires médiocres, notamment une fréquentation irrégulière et des perturbations ou des conflits. comportement en classe non conforme. [115] À cause de la pauvreté, «les étudiants issus de familles à faible revenu sont 2,4 fois plus susceptibles d’abandonner que les enfants à revenu moyen et plus de 10 fois plus susceptibles que les pairs à revenu élevé d’abandonner» [116]

Pour les enfants ayant de faibles ressources, les facteurs de risque sont similaires à d’autres tels que les taux de délinquance juvénile , les niveaux plus élevés de grossesse chez les adolescentes et la dépendance économique vis-à-vis de leurs parents ou parents à faible revenu. [113] Les familles et la société qui présentent de faibles niveaux d’investissement dans l’éducation et le développement des enfants défavorisés finissent avec des résultats moins favorables pour les enfants qui voient une vie de réduction de l’emploi parental et de bas salaires. Des taux plus élevés de maternité précoce avec tous les risques liés à la famille, à la santé et au bien-être sont des questions importantes à aborder puisque la scolarité du préscolaire au lycée est significativement significative dans une vie. [113]

La pauvreté affecte souvent de manière drastique la réussite des enfants à l’école. Les «activités à la maison, les préférences, les manières» d’un enfant doivent s’aligner sur le monde et, dans les cas où ils ne le font pas, les élèves sont désavantagés dans l’école et, surtout, dans la salle de classe. [117] Par conséquent, il est sûr de déclarer que les enfants qui vivent au niveau ou au-dessous du seuil de pauvreté auront beaucoup moins de succès éducatif que les enfants qui vivent au-dessus du seuil de pauvreté. Les enfants pauvres ont beaucoup moins de soins de santé, ce qui se traduit par de nombreuses absences de l’année scolaire. De plus, les enfants pauvres sont beaucoup plus susceptibles de souffrir de la faim, de la fatigue, de l’irritabilité, des maux de tête, des infections de l’oreille, de la grippe et du rhume. [117] Ces maladies pourraient potentiellement restreindre un enfant ou un élève[118]

Pour qu’un enfant grandisse émotionnellement en bonne santé, les enfants de moins de trois ans ont besoin d’un «aidant naturel solide et fiable qui offre un amour, une orientation et un soutien constants et inconditionnels.» Des environnements sûrs, prévisibles et stables. Ce processus, connu sous le nom d’harmonisation, est crucial pendant les 6 à 24 premiers mois de la vie des nourrissons et les aide à développer un éventail plus large d’émotions saines, y compris la gratitude, le pardon et l’empathie. .

Les habitudes de dépenses néfastes signifient que les pauvres dépensent généralement environ 2% de leur revenu pour éduquer leurs enfants, mais des pourcentages plus élevés d’alcool et de tabac (par exemple, 6% en Indonésie et 8% au Mexique). [119]

Participation

La pauvreté a également été considérée comme un véritable phénomène social reflétant davantage les conséquences d’un manque de revenu que le manque de revenu en soi (Ferragina et al., 2016 [68] ). Selon Townsend: les humains sont des animaux sociaux enchevêtrés dans un réseau de relations, qui exercent des pressions complexes et changeantes, autant dans leur consommation de biens et de services que dans tout autre aspect de leur comportement (Townsend 1979 [77] ). Cette idée a reçu un soutien théorique de la part des chercheurs et de nombreux témoignages de personnes vivant dans la pauvreté à travers le monde (Walker 2014 [120]).). La participation et la consommation sont devenues des mécanismes de plus en plus cruciaux à travers lesquels les gens établissent et communiquent leur identité et leur position dans la société, augmentant la prime attachée aux ressources nécessaires pour participer (Giddens 1991 [121] ). En outre, le concept d’exclusion sociale a été ajouté au lexique des termes liés à la pauvreté, décrivant le processus par lequel les personnes, en particulier les personnes à faible revenu, peuvent se désolidariser socialement et politiquement de la société et des ressources et opportunités associées (Cantillon 1997 [122]). La société tout aussi occidentale est devenue plus complexe avec la diversité ethnique, le multiculturalisme et les choix de style de vie, ce qui fait craindre qu’un concept unique de pauvreté tel que conçu dans le passé ne s’applique plus (Ferragina et al., 2016 [68] ).

Shelter

Enfant de la rue au Bangladesh . Aider les proches qui ne sont pas en mesure de prendre en charge les orphelins, mais qui sont financièrement en mesure de les accueillir, s’avère plus efficace en termes de coût et de bien-être que les orphelinats. [123]
Voir aussi: Bidonvilles , Enfants des rues et Orphelinats

La pauvreté augmente le risque de sans – abrisme . [124] Les habitants des bidonvilles, qui constituent un tiers de la population urbaine mondiale, vivent dans une pauvreté pas meilleure, voire pire, que celle des populations rurales, foyer traditionnel de la pauvreté dans le monde en développement , selon un rapport par les Nations Unies. [125]

Il y a plus de 100 millions d’ enfants des rues dans le monde. [126] La plupart des enfants vivant dans des institutions à travers le monde ont un parent survivant ou un parent proche, et ils sont le plus souvent entrés dans des orphelinats à cause de la pauvreté. [123] Il est spéculé que, avec l’argent, les orphelinats augmentent et poussent les enfants à adhérer même si les données démographiques montrent que même les familles les plus pauvres accueillent généralement des enfants dont les parents sont morts. [123] Les experts et les défenseurs des enfants soutiennent que les orphelinats sont chers et nuisent souvent au développement des enfants en les séparant de leur famille et qu’il serait plus efficace et moins coûteux d’aider les parents proches qui veulent accueillir les orphelins.[123]

Utilitaires

Eau et assainissement

En 2012, 2,5 milliards de personnes n’avaient pas accès aux services d’assainissement et 15% pratiquaient la défécation à l’air libre . [127] Les subventions des services d’eau tendent à subventionner la consommation d’eau de ceux qui sont raccordés au réseau d’approvisionnement, ce qui est généralement biaisé vers le segment le plus riche et le plus urbain de la population et hors du logement informel. En raison des fortes subventions à la consommation, le prix de l’eau diminue dans la mesure où seulement 30% en moyenne des coûts d’approvisionnement dans les pays en développement sont couverts. [128] [129] Cela se traduit par un manque d’incitation à maintenir les systèmes de livraison, conduisant à des pertes dues à des fuites annuelles qui sont suffisantes pour 200 millions de personnes. [128] [130]Cela conduit également à un manque d’incitation à investir dans l’expansion du réseau, ce qui fait qu’une grande partie de la population pauvre n’est pas connectée au réseau. Au lieu de cela, les pauvres achètent de l’eau auprès des vendeurs d’eau, en moyenne, environ cinq à 16 fois le prix mesuré. [128] [131] Cependant, les subventions pour établir de nouvelles connexions au réseau plutôt que pour la consommation ont montré plus de promesses pour les pauvres. [129]

Électricité

De même, le cinquième le plus pauvre reçoit 0,1% de l’éclairage mondial, mais consacre un cinquième des dépenses totales à la lumière, représentant 25 à 30% de son revenu. La pollution de l’air intérieur par les combustibles tue 2 millions, avec presque la moitié des décès par pneumonie chez les enfants de moins de 5 ans. [133] Le combustible du bambou brûle plus proprement et mûrit beaucoup plus vite que le bois, réduisant ainsi la déforestation. [133] En outre, l’utilisation de panneaux solaires est considérée comme étant moins chère sur la durée de vie des produits, même si les coûts initiaux sont plus élevés. [132] Ainsi, des systèmes de paiement tels que les programmes de prêt-à-propre sont promus et jusqu’à 14% des ménages kenyans utilisent l’énergie solaire comme source d’énergie primaire. [134]

Violence

Selon les experts, de nombreuses femmes sont victimes de la traite, dont la forme la plus courante est la prostitution , en tant que moyen de survie et de désespoir économique. [135] La détérioration des conditions de vie peut souvent contraindre les enfants à abandonner l’école pour contribuer au revenu familial, ce qui les expose au risque d’être exploités. [136] Par exemple, au Zimbabwe , un certain nombre de filles se tournent vers le sexe en échange de nourriture pour survivre à cause de la pauvreté croissante. [137]Selon des études, à mesure que la pauvreté diminue, il y aura de moins en moins de cas de violence. [138]

Dans une enquête, 67% des enfants des quartiers défavorisés ont déclaré avoir été témoins d’une agression grave et 33% ont déclaré avoir été témoins d’un homicide. [139] 51% des élèves de cinquième année de la Nouvelle-Orléans (revenu médian d’un ménage: 27 133 $) ont été trouvés victimes de violence, contre 32% à Washington, DC (revenu moyen pour un ménage: 40 127 $). [140]

Personnalité

Max Weber et certaines écoles de la théorie de la modernisation suggèrent que les valeurs culturelles pourraient affecter la réussite économique. [141] [142] Cependant, les chercheurs [ qui? ] ont recueilli des preuves qui suggèrent que les valeurs ne sont pas aussi profondément enracinées et que les opportunités économiques changeantes expliquent la plupart des mouvements vers et hors de la pauvreté, par opposition aux changements dans les valeurs. [143] Des études ont montré que la pauvreté modifie la personnalité des enfants qui y vivent. L’ étude des Great Smoky Mountainsétait une étude de dix ans qui était étonnamment capable de le démontrer. Au cours de l’étude, environ le quart des familles ont vu une augmentation spectaculaire et inattendue du revenu. L’étude a montré que parmi ces enfants, les troubles comportementaux et émotionnels diminuaient et que la conscience et l’agrément augmentaient. [144]

Discrimination

Les facteurs culturels, tels que différents types de discrimination, peuvent avoir une incidence négative sur la productivité tels que la discrimination fondée sur l’ âge , les stéréotypes , [145] discrimination envers les personnes ayant un handicap physique, [146] la discrimination fondée sur le sexe , la discrimination raciale et la discrimination des castes . Les femmes sont le groupe qui souffre du taux de pauvreté le plus élevé après les enfants; 14,5% des femmes et 22% des enfants sont pauvres aux États-Unis . De plus, le fait que les femmes aient plus de chances d’être aidantes, peu importe le niveau de revenu, avant ou après les générations, exacerbe les fardeaux de leur pauvreté. [147]Marquant la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, Philip Alston, rapporteur spécial des Nations Unies sur l’extrême pauvreté, a déclaré dans un communiqué que “les pauvres du monde sont exposés à un risque disproportionné de torture, d’arrestation, de mort prématurée et de violence domestique. “Les gens des classes socio-économiques défavorisées sont beaucoup plus susceptibles d’être tués, torturés ou victimes d’atteinte à leur vie privée, et sont beaucoup moins susceptibles de se prévaloir de leur droit de vote, ou de participer autrement dans le processus politique. ” [148]

Réduction de la pauvreté

Diverses stratégies de réduction de la pauvreté sont généralement catégorisées ici selon qu’elles permettent de répondre à une plus grande partie des besoins humains fondamentaux ou qu’elles augmentent le revenu disponible nécessaire pour acheter ces besoins. Certaines stratégies telles que la construction de routes peuvent à la fois permettre l’accès à divers besoins de base, tels que les engrais ou les soins de santé dans les zones urbaines, et augmenter les revenus en améliorant l’accès aux marchés urbains.

Augmenter l’offre de besoins de base

Nourriture et autres biens

Les technologies agricoles telles que les engrais azotés , les pesticides, les nouvelles variétés de semences et les nouvelles méthodes d’irrigation ont considérablement réduit les pénuries alimentaires à l’époque moderne en augmentant les rendements par rapport aux contraintes précédentes. [149]

Avant la révolution industrielle , la pauvreté avait été généralement considérée comme inévitable car les économies produisaient peu, ce qui rendait la richesse rare. [150] Geoffrey Parker a écrit qu ‘«à Anvers et à Lyon , deux des plus grandes villes d’ Europe occidentale , 1600 les trois quarts de la population totale étaient trop pauvres pour payer des impôts, et ont donc probablement besoin de secours en temps de crise. [151] La révolution industrielle initiale a mené à la croissance économique élevée et a éliminé la pauvreté absolue de masse dans ce qui est maintenant considéré le monde développé. [152] Production en sérieDans des endroits comme l’industrialisation rapide de la Chine, des biens autrefois considérés comme luxueux, tels que les véhicules et les ordinateurs, sont peu coûteux et donc accessibles à beaucoup de gens qui, autrement, étaient trop pauvres pour les acheter. [153] [154]

Même avec de nouveaux produits, tels que de meilleures semences, ou des volumes plus importants, comme la production industrielle, les pauvres ont toujours besoin d’un accès à ces produits. L’amélioration des infrastructures routières et de transport aide à résoudre ce goulot d’étranglement majeur. En Afrique, il coûte plus cher de transporter les engrais d’un port africain à 60 milles à l’intérieur des terres que de les expédier des États-Unis vers l’Afrique en raison de routes clairsemées et de mauvaise qualité, entraînant des coûts d’engrais deux à six fois plus élevés. [155] Les modèles de microfranchissement tels que les distributeurs porte-à-porte qui gagnent un revenu basé sur les commissions ou le système de distribution réussi de Coca-Cola [156] [157] sont utilisés pour diffuser les besoins de base dans les régions éloignées.[158] [159]

Soins de santé et éducation

Les nations n’ont pas nécessairement besoin de richesse pour avoir la santé. [160] Par exemple, Sri Lanka avait un taux de mortalité maternelle de 2% dans les années 1930, plus élevé que n’importe quelle nation aujourd’hui. [161] Il l’a réduit à 0,5-0,6% dans les années 1950 et à 0,6% aujourd’hui tout en dépensant moins chaque année sur la santé maternelle parce qu’il a appris ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné. [161] Les connaissances sur le rapport coût-efficacité des interventions sanitaires peuvent être difficiles à trouver et des mesures éducatives ont été prises pour diffuser ce qui fonctionne, comme le Consensus de Copenhague . [162] Filtres à eau bon marchéet la promotion du lavage des mains sont parmi les interventions sanitaires les plus rentables et peuvent réduire les décès dus à la diarrhée et à la pneumonie . [163] [164]

Les stratégies visant à fournir une éducation rentable comprennent les vermifuges , qui coûtent environ 50 cents par enfant par an et réduisent l’absentéisme dû à l’ anémie , la maladie et la malnutrition, tout en étant seulement vingt-cinq fois plus coûteux que la scolarisation. [165] L’ absentéisme des écolières pourrait être réduit de moitié en fournissant simplement des serviettes hygiéniques gratuites . [166] Le Consensus de Copenhague a classé la fortification avec des micronutrimentscomme la stratégie d’aide la plus rentable. [167] Par exemple, le sel iodé coûte de 2 à 3 cents par personne et par an alors que même une carence modérée en iodependant la grossesse rase de 10 à 15 points de QI . [168] Le paiement des repas scolaires est considéré comme une stratégie efficace pour augmenter le taux de scolarisation, réduire l’absentéisme et accroître l’attention des élèves. [169]

Les actions souhaitables telles que l’inscription des enfants à l’école ou la vaccination peuvent être encouragées par une forme d’aide connue sous le nom de transferts monétaires conditionnels . [170] Au Mexique, par exemple, les taux de décrochage des jeunes de 16 à 19 ans dans les zones rurales ont chuté de 20% et les enfants ont gagné un demi-pouce de hauteur. [171] Les craintes initiales selon lesquelles le programme encouragerait les familles à rester à la maison plutôt que de travailler pour percevoir des prestations se sont avérées infondées. Au lieu de cela, il y a moins d’excuses pour un comportement négligent, par exemple, les enfants cessent de mendier dans la rue au lieu d’aller à l’école parce que cela pourrait entraîner la suspension du programme. [171]

Suppression des contraintes sur les services gouvernementaux

Voir aussi: La corruption politique , les paradis fiscaux , la mauvaise évaluation des transferts , la dette des pays en développement et la conditionnalité

Des habitants du village de Jana bi attendent à leur tour de ramasser des biens auprès des Fils d’Irak (Abna al-Iraq) lors d’une opération militaire menée à Yusufiyah, en Irak.

Les revenus du gouvernement peuvent être détournés des services de base par la corruption. [172] [173] Les fonds provenant de l’aide et des ressources naturelles sont souvent envoyés par des individus du gouvernement pour blanchir de l’ argent à des banques étrangères qui insistent sur le secret bancaire , au lieu de dépenser pour les pauvres. [174] Un rapport de Global Witness demandait davantage de mesures de la part des banques occidentales, car elles se sont révélées capables de bloquer le flux de fonds liés au terrorisme. [174]

La fuite de capitaux illicites du monde en développement est estimée à dix fois la taille de l’aide reçue et à deux fois le service de la dette, [175] avec une estimation que la plus grande partie de l’Afrique serait développée si les impôts dus étaient payés. [176] Environ 60% des vols illicites en provenance d’Afrique proviennent d’une mauvaise évaluation des transferts , lorsqu’une filiale d’un pays en développement vend à une autre filiale ou société fictive dans un paradis fiscal à un prix artificiellement bas pour payer moins d’impôts. [177] Un rapport de l’ Union africaine estime qu’environ 30% du PIB de l’Afrique subsaharienne a été déplacé vers des paradis fiscaux . [178]Les solutions comprennent des rapports pays par pays où les entreprises divulguent des activités dans chaque pays et interdisent ainsi l’utilisation de paradis fiscaux lorsqu’aucune activité économique efficace ne se produit. [177]

Le service de la dette des pays en développement auprès des banques et des gouvernements des pays riches peut limiter les dépenses publiques pour les pauvres. [179] Par exemple, la Zambie a dépensé 40% de son budget total pour rembourser la dette extérieure et seulement 7% pour les services publics de base en 1997. [180] L’un des moyens proposés pour aider les pays pauvres est l’allègement de la dette . La Zambie a commencé à offrir des services, tels que des soins de santé gratuits, même en surchargeant l’infrastructure des soins de santé, en raison des économies réalisées grâce à l’ allégement de la dette en 2005 . [181]

La Banque mondiale et le Fonds monétaire international , en tant que premiers détenteurs de la dette des pays en développement, attachent des conditions d’ ajustement structurel aux prêts qui sont généralement axés sur le remboursement des prêts avec des mesures d’ austérité telles que la suppression des subventions publiques et la privatisation des services publics. Par exemple, la Banque mondiale presse les pays pauvres d’éliminer les subventions pour les engrais, même si de nombreux agriculteurs ne peuvent pas les acheter aux prix du marché. [182] Au MalawiAprès avoir changé de politique et subventionné les engrais et les semences, les agriculteurs ont produit des récoltes de maïs record en 2006 et 2007, le Malawi étant devenu un important exportateur de produits alimentaires. [182] Une grande partie de l’aide des pays donateurs est liée , exigeant que la nation bénéficiaire dépense pour des produits et une expertise provenant uniquement du pays donateur. [183] La loi américaine exige que l’aide alimentaire soit dépensée pour acheter de la nourriture à la maison, plutôt que là où vivent les affamés, et, par conséquent, la moitié de ce qui est dépensé est utilisée pour le transport. [184]

Les fonds de titres en difficulté , également connus sous le nom de fonds vautours , rachètent à bon compte la dette des pays pauvres, puis intentent des poursuites contre les pays pour la totalité de la dette plus des intérêts qui peuvent être dix ou cent fois plus élevés. [185] Ils peuvent poursuivre des sociétés qui font affaire avec leur pays cible pour les forcer à payer au fonds à la place. [185] Des ressources considérables sont déviées sur des affaires judiciaires coûteuses. Par exemple, un tribunal de Jersey a ordonné au Congo de payer 100 millions de dollars à un spéculateur américain en 2010. [185]Maintenant, le Royaume-Uni, l’ île de Man et Jersey ont interdit de tels paiements. [185]

Inverser la fuite des cerveaux

La perte des fournisseurs de services de base qui émigrent des pays pauvres a un effet néfaste. [186] En 2004, il y avait plus de médecins formés en Ethiopie vivant à Chicago qu’en Ethiopie. [187] Les propositions visant à atténuer le problème comprennent le service gouvernemental obligatoire pour les diplômés des écoles publiques de médecine et d’infirmerie [186] et la promotion du tourisme médical afin que les personnels de santé soient plus incités à pratiquer dans leur pays d’origine. [188]

Contrôler la surpopulation

Certains affirment que la surpopulation et le manque d’accès au contrôle des naissances entraînent une augmentation de la population qui dépasse la production alimentaire et d’autres ressources. [42] [189] [190] Une meilleure éducation pour les hommes et les femmes, et plus de contrôle de leurs vies, réduit la croissance de population due à la planification familiale . [191] Selon le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), en donnant une meilleure éducation aux hommes et aux femmes, ils peuvent gagner de l’argent pour leur vie et peuvent les aider à renforcer leur sécurité économique. [192]

Augmenter le revenu personnel 

Les stratégies suivantes sont utilisées ou proposées pour augmenter les revenus personnels des pauvres. L’augmentation des revenus agricoles est décrite comme le noyau de l’effort de lutte contre la pauvreté puisque les trois quarts des pauvres sont aujourd’hui des agriculteurs. [193] Les estimations montrent que la croissance de la productivité agricole des petits agriculteurs est, en moyenne, au moins deux fois plus efficace au bénéfice de la moitié la plus pauvre de la population que la croissance générée dans les secteurs non agricoles. [194]

Subventions de revenu

Un revenu minimum garanti garantit que chaque citoyen sera en mesure d’acheter le niveau souhaité de ses besoins fondamentaux. Un revenu de base (ou impôt sur le revenu négatif ) est un système de sécurité sociale qui fournit périodiquement à chaque citoyen, riche ou pauvre, une somme d’argent suffisante pour vivre. Des études sur de vastes programmes de transfert de fonds en Éthiopie, au Kenya et au Malawi montrent que les programmes peuvent être efficaces pour accroître la consommation, la scolarisation et la nutrition, qu’ils soient ou non liés à ces conditions. [195] [196] [197] Les partisans soutiennent qu’un revenu de base est plus économiquement efficace qu’un salaire minimum et des indemnités de chômage., puisque le salaire minimum impose effectivement une taxe marginale élevée aux employeurs, entraînant des pertes d’efficacité . En 1968, Paul Samuelson , John Kenneth Galbraith et 1 200 autres économistes ont signé un document appelant le Congrès américain à introduire un système de garantie de revenu. [198] Les gagnants du prix Nobel d’économie , avec des convictions politiques souvent diverses, qui soutiennent un revenu de base comprennent Herbert A. Simon , [199] Friedrich Hayek , [200] Robert Solow , [199] Milton Friedman , [201] Jan. Tinbergen , [199] James Tobin[202] [203] [204] et James Meade . [199]

Les subventions aux revenus sont considérées comme beaucoup plus efficaces pour répondre aux besoins de base des pauvres que de subventionner des fournitures dont l’efficacité dans la réduction de la pauvreté est diluée par les non-pauvres qui bénéficient des mêmes prix subventionnés. [205] Avec les voitures et autres appareils ménagers, les 20% les plus riches de l’Egypte consomment environ 93% des subventions du pays. [206] Dans certains pays, les subventions aux carburants représentent une part plus importante du budget que la santé et l’éducation. [206] [207] Une étude de 2008 a conclu que l’argent consacré aux transferts en nature en Inde au cours d’une année pourrait sortir tous les pauvres de l’Inde de la pauvreté pour cette année s’ils étaient transférés directement. [208]Le principal obstacle aux transferts monétaires directs est l’impossibilité pratique pour les pays pauvres de procéder à des transferts aussi importants et directs. Dans la pratique, les paiements déterminés par le balayage complexe de l’iris sont utilisés par la République démocratique du Congo et l’Afghanistan déchirés par la guerre [209], tandis que l’Inde abandonne progressivement ses subventions aux carburants en faveur des transferts directs. [210] En outre, dans les modèles d’aide, le secours contre la famine modèle de plus en plus utilisé par des groupes d’aide appelle à donner des bons de caisse ou en espèces aux affamés de payer les agriculteurs locaux au lieu d’acheter de la nourriture des pays donateurs, souvent requis par la loi, car il gaspille l’ argent sur les coûts de transport. [211] [212]

Libertés économiques

La corruption conduit souvent à ce que de nombreux services publics soient traités par les gouvernements comme des agences d’emploi pour des partisans loyaux [213] , ce qui peut entraîner 20 procédures, 2 696 dollars de frais et 82 jours ouvrables pour créer une entreprise en Bolivie. Canada, il faut deux jours, deux procédures d’inscription et 280 $ pour faire de même. [214] De telles barrières coûteuses favorisent les grandes entreprises au détriment des petites entreprises, où la plupart des emplois sont créés. [215] Souvent, les entreprises doivent soudoyer des représentants du gouvernement, même pour des activités de routine, ce qui est en fait une taxe sur les entreprises. [216] Des réductions notées de la pauvreté au cours des dernières décennies ont eu lieu en Chine et en Inde, principalement en raison de l’abandon del’agriculture collective en Chine et la fin du modèle de planification centrale connu sous le nom de Licence Raj en Inde. [217] [218] [219]

La Banque mondiale conclut que les gouvernements et les élites féodales qui étendent aux pauvres le droit à la terre qu’ils habitent et utilisent sont «la clé pour réduire la pauvreté», citant que les droits fonciers augmentent considérablement la richesse des pauvres, doublant parfois la pauvreté. [220] Bien que les approches aient varié, la Banque mondiale a déclaré que les questions clés étaient la sécurité d’occupation et que les coûts des transactions foncières étaient faibles. [220]

Un meilleur accès aux marchés apporte plus de revenus aux pauvres. L’infrastructure routière a un impact direct sur la pauvreté. [221] [222] De plus, la migration en provenance des pays pauvres a entraîné l’envoi de 328 milliards de dollars de pays riches vers les pays pauvres en 2010, soit plus du double des 120 milliards de dollars d’aide publique des pays membres de l’ OCDE . En 2011, l’Inde a reçu 52 milliards de dollars de sa diaspora , plus que ce qu’elle a pris en investissements directs étrangers . [223]

Services financiers

Les technologies de l’information et de la communication au service du développement contribuent à la lutte contre la pauvreté.
Voir aussi: Microfinance et Microcrédit

Les microcrédits, rendus célèbres par la banque Grameen , sont de petites sommes d’argent prêtées à des agriculteurs ou à des villages, pour la plupart des femmes, qui peuvent ensuite obtenir un capital physique pour augmenter leurs bénéfices économiques. Cependant, le microcrédit a été critiqué pour avoir fait des hyperprofits sur les pauvres même de son fondateur, Muhammad Yunus , [224] et en Inde, Arundhati Roy affirme que quelque 250 000 agriculteurs endettés ont été poussés au suicide. [225] [226] [227]

Ceux qui sont dans la pauvreté accordent une importance primordiale à l’établissement d’un endroit sûr pour épargner de l’argent, beaucoup plus que de recevoir des prêts. [228] De plus, une grande partie des prêts de microfinance ne sont pas dépensés pour des investissements mais pour des produits qui seraient généralement payés par un compte chèque ou un compte d’épargne . [228] Les microsavages sont conçus pour mettre des produits d’épargne à la disposition des pauvres qui effectuent de petits dépôts. La banque mobile utilise la large disponibilité des téléphones mobiles pour résoudre le problème de la réglementation lourde et de la maintenance coûteuse des comptes d’épargne. [228]Cela implique généralement un réseau d’agents de la plupart des commerçants, au lieu de succursales bancaires, prendrait des dépôts en espèces et les traduire sur un compte virtuel sur les téléphones des clients. Les transferts en espèces peuvent être effectués entre les téléphones et remis en espèces avec une petite commission, ce qui rend les envois de fonds plus sûrs. [229]

Concentration de la richesse

La pauvreté peut également être réduite à mesure qu’une politique économique améliorée est élaborée par les autorités gouvernementales pour faciliter une répartition plus équitable de la richesse de la nation. Oxfam a appelé à un mouvement international pour mettre fin à la concentration de la richesse extrême comme un pas important vers l’amélioration de la pauvreté mondiale. Le groupe a déclaré que les 240 milliards de dollars ajoutés à la fortune des milliardaires les plus riches du monde en 2012 étaient suffisants pour mettre fin à l’extrême pauvreté quatre fois. Oxfam soutient que «la concentration des ressources entre les mains des 1% les plus riches déprime l’activité économique et rend la vie plus difficile pour tous les autres – en particulier ceux qui sont au bas de l’échelle économique». [230] [231]Il a été rapporté que seulement 1% de la population mondiale contrôle 50% de la richesse aujourd’hui, et l’autre 99% a accès aux 50% restants seulement, et l’écart a fortement augmenté dans un passé récent. [232]

José Antonio Ocampo , professeur à Columbia University et ancien ministre des Finances de la Colombie, et Magdalena Sepúlveda Carmona, ancienne rapporteuse spéciale sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme, soutiennent que la réforme fiscale mondiale est essentielle au développement humain et à la lutte contre la pauvreté. Lorsque les bénéfices sont dévastateurs, les recettes fiscales provenant des bénéfices qui pourraient être disponibles pour financer les soins de santé, les écoles, l’assainissement de l’eau et d’autres biens publics disparaissent du grand livre, laissant les femmes et les hommes, les garçons et les filles sans chemin vers un avenir meilleur. ” [233]

Raghuram G. Rajan , ancien gouverneur de la Banque de réserve de l’Inde , ancien économiste en chef du Fonds monétaire international et professeur de finance à la Booth School of Business de l’ Université de Chicago, a blâmé le fossé toujours plus grand entre les riches et les pauvres. Les États-Unis sont l’une des principales lignes de faille qui ont poussé les institutions financières à injecter de l’argent dans les prêts hypothécaires à risque – à la demande politique, comme palliatif et non comme remède contre la pauvreté – provoquant la crise financière de 2007-2009 . Selon Rajan, la principale cause de l’écart croissant entre les travailleurs à revenu élevé et les travailleurs à faible revenu était le manque d’accès égal à l’éducation de haut niveau pour ces derniers. [234]

Solutions d’affaires à la pauvreté

Servir le pauvre marché

Le concept d’entreprise au service des quatre milliards de personnes les plus pauvres du monde a été populaire depuis que CK Prahalad a introduit cette idée dans son livre Fortune at the Pyramid: Eradication de la pauvreté par les profits en 2004, parmi de nombreuses entreprises et écoles de commerce. [235] [236] Kash Rangan, John Quelch et d’autres membres du corps professoral du Global Poverty Project de la Harvard Business School “croient qu’en poursuivant leurs propres intérêts pour ouvrir et développer le marché de la BoP, les entreprises peuvent faire des profits. le plus pauvre des consommateurs et contribuant au développement. ” [237]Selon Rangan “Pour les entreprises, la majorité des marchés émergents dans le monde se trouve au bas de la pyramide, donc il est logique d’avoir un bon sens des affaires – pas un sentiment de faire du bien – de s’en prendre”. [237]

Dans leur livre de 2013, «La solution commerciale à la pauvreté», Paul Polak et Mal Warwick ont ​​directement abordé les critiques formulées contre le concept de Prahalad. [238] Ils ont noté que les grandes entreprises ne réussissaient souvent pas à créer des produits qui répondaient réellement aux besoins et aux désirs des clients qui vivaient au bas de la pyramide. Leur réponse a été qu’une entreprise qui voulait réussir sur ce marché devait passer du temps à parler et à comprendre ces clients. Polak avait déjà promu cette approche dans son livre précédent, «Out of Poverty», qui décrivait le travail de International Development Enterprises (iDE), qu’il avait formé en 1982. [239] Polak et Warwick ont ​​fourni des conseils pratiques: un produit devant concerner au moins un milliard de personnes (c’est-à-dire ayant un attrait universel), il devait pouvoir être livré aux clients vivant là où il n’y avait pas de bureau FedEx ou même de route; il devait être «radicalement abordable» pour attirer quelqu’un qui gagnait moins de 2 dollars par jour.

Créer des entrepreneurs

Plutôt que d’encourager les entreprises multinationales à répondre aux besoins des pauvres, certaines organisations comme iDE, le World Resources Institute et le Programme des Nations Unies pour le développement ont commencé à travailler directement pour aider les populations du bas de la pyramide à devenir locales. , petits entrepreneurs. Comme une grande partie de cette population est engagée dans l’agriculture, ces ONG ont comblé les lacunes du marché qui permettent aux petits agriculteurs (c’est-à-dire des parcelles de moins de 2 hectares) d’accroître leur production et de trouver des marchés pour leurs récoltes. Cela se fait en augmentant la disponibilité d’équipement agricole (p. Ex., Pompes, motoculteurs) et en améliorant la qualité des semences et des engrais, ainsi qu’en élargissant l’accès à la formation sur les meilleures pratiques agricoles (rotation des cultures).

Créer des entrepreneurs grâce à la microfinance peut produire des résultats imprévus: Certains emprunteurs entrepreneuriaux deviennent des intermédiaires informels entre les initiatives de microfinance et les micro-entrepreneurs plus pauvres. Ceux qui se qualifient plus facilement pour la microfinance divisent les prêts en crédits plus petits, même pour les emprunteurs les plus pauvres. L’intermédiation informelle va des intermédiaires occasionnels à la bonne ou à la bonne extrémité du spectre aux «usuriers» à l’extrémité professionnelle et parfois criminelle. [240]

Critiques de cette approche

De l’avis de Friedman, la responsabilité sociale des entreprises consiste uniquement à augmenter leurs bénéfices [241] . Il convient donc d’examiner si les entreprises des marchés de la BoP sont capables d’atteindre le double objectif de réaliser des bénéfices tout en servant les consommateurs les plus pauvres. contribuer au développement? Erik Simanis a rapporté que le modèle a une faille fatale. Selon Erik «Malgré des taux de pénétration de 5% à 10% sur quatre marchés tests, Procter & Gamble n’a pu générer un retour compétitif sur sa poudre de purification d’eau Pur après le lancement du produit à grande échelle en 2001 … DuPont a rencontré des problèmes similaires avec un projet piloté de 2006 à 2008 à Andhra Pradesh, en Inde, par sa filiale Solae, un fabricant mondial de protéines de soja … Parce que les coûts élevés de faire des affaires parmi les plus démunis contribution par transaction, les entreprises doivent accepter le fait que les marges et les prix élevés ne sont pas seulement un phénomène haut de gamme, mais aussi une nécessité pour garantir des entreprises durables au bas de la pyramide. [242]Marc Gunther déclare que «Le leader du marché BOP est sans conteste Unilever … Son produit BOP de référence est Pureit, un système de purification d’eau de comptoir vendu en Inde, en Afrique et en Amérique latine. vit, mais ce n’est pas gagner de l’argent pour les actionnaires. ” [243]Cela laisse l’idéal d’ éradiquer la pauvreté à travers les profits ou avec un bon sens des affaires – pas un sentiment de faire du bien plutôt discutable.

D’autres ont noté qu’il est naïf de compter sur les consommateurs de BoP pour choisir d’acheter des articles qui augmentent leurs revenus. Les consommateurs pauvres peuvent dépenser leurs revenus de façon disproportionnée pour des événements ou des biens et services qui offrent des avantages à court terme plutôt que d’investir dans des choses qui pourraient changer leur vie à long terme. [244]

Les questions environnementales

Un rapport publié en 2013 par la Banque mondiale , avec le soutien du Climate & Development Knowledge Network, a constaté que le changement climatique était susceptible d’entraver les tentatives futures de réduction de la pauvreté. Le rapport présentait les impacts probables du réchauffement actuel de 2 ° C et 4 ° C sur la production agricole, les ressources en eau, les écosystèmes côtiers et les villes en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud et en Asie du Sud-Est. Les impacts d’une hausse de température de 2 ° C comprenaient: des pénuries alimentaires régulières en Afrique subsaharienne; le déplacement des régimes des pluies en Asie du Sud laissant certaines parties sous l’eau et d’autres sans assez d’eau pour la production d’électricité, l’irrigation ou la boisson; la dégradation et la perte de récifs en Asie du Sud-Est, entraînant une réduction des stocks de poisson; et les villes côtières et les villes plus vulnérables aux tempêtes de plus en plus violentes. [245]En 2016, un rapport de l’ONU a affirmé que d’ici 2030, 122 millions de personnes de plus pourraient être poussées à l’extrême pauvreté à cause du changement climatique. [246]

Frank Fenner a déclaré en 2010 qu’il croyait que les humains ne seraient pas capables de survivre à l’explosion démographique et à la «consommation débridée» et qu’ils disparaîtraient, peut-être dans un siècle, ainsi que de nombreuses autres espèces. Il pensait que la situation était irréversible et qu’il était trop tard parce que les effets que nous avons eu sur Terre depuis l’industrialisation rivalisent avec les effets des périodes glaciaires ou des impacts de la comète. [247] [248] EO Wilson, biologiste de Harvard, a calculé que la Terre perdrait la moitié de ses formes de vie supérieures d’ici 2100 si le taux actuel de perturbation humaine continuait. [249]Beaucoup pensent que la pauvreté est la cause de la dégradation de l’environnement, alors que d’autres prétendent que les pauvres sont les pires victimes de la dégradation de l’environnement causée par l’exploitation irresponsable des ressources naturelles par les riches. [250] Une organisation environnementale basée à Delhi, le Centre pour la Science et l’Environnement, souligne que si le monde pauvre devait se développer et consommer de la même manière que l’Occident pour atteindre le même niveau de vie, “nous aurions besoin de deux planètes supplémentaires. Terres pour produire des ressources et absorber les déchets. », Rapporte Anup Shah (2003). dans son article Pauvreté et environnement sur les problèmes mondiaux. [251]

Pauvreté volontaire

Chez certains individus, la pauvreté est considérée comme une condition nécessaire ou souhaitable, qui doit être adoptée pour atteindre certains états spirituels, moraux ou intellectuels. La pauvreté est souvent considérée comme un élément essentiel du renoncement dans les religions telles que le bouddhisme , l’ hindouisme(seulement pour les moines, pas pour les laïcs) et le jaïnisme , tandis que dans le catholicisme romain, c’est un des conseils évangéliques . Le but principal d’abandonner les choses du monde matérialiste est de se retirer des plaisirs sensuels (comme ils sont considérés comme illusoires et seulement temporaires dans certaines religions – comme le concept de dunya dans l’ Islam). Cette pauvreté auto-invitée (ou abandonner les plaisirs) est différente de celle causée par le déséquilibre économique.

Benoît XVI a distingué la «pauvreté choisie » (la pauvreté d’esprit proposée par Jésus) et la «pauvreté à combattre » (pauvreté injuste et imposée). Il a estimé que la modération impliquée dans le premier favorise la solidarité, et est une condition nécessaire pour lutter efficacement pour éradiquer l’abus de ce dernier. [252]

Comme il a été indiqué plus haut, la réduction de la pauvreté résulte de la religion , mais peut aussi résulter de la solidarité . [253]

Leave a Reply

Your email address will not be published.